logo

© 2021 AIDES ONG GOMA | DIGITAL FACTORY

lubero:La gestion communautaire des déplacés internes, une expérience à suivre

Kalere ALINE  a fui son village de Kateku situé à la limite entre les territoires de Lubero et Walikale au Nord Kivu en République Démocratique du Congo.

Avec son époux et ses deux enfants, ils ont trouvé refuge à Bulotwa, village situé à environ 140 kilomètres au nord de la ville de Goma en territoire de Lubero au Nord Kivu. KALERE Aline, tout comme d’autres centaines de personnes déplacées qui ont fui leurs milieux, ont  trouvé  refuge dans les familles d’accueil de la place.

Contrairement à d’autres coins de la province du nord Kivu où les personnes ayant fui leurs milieux pour se mettre à l’abri des porteurs illégaux d’armes sont dans les sites des déplacés, ici ce sont les familles d’accueil qui reçoivent les déplacés.

MUHINDO Sabuni  est l’un de chefs terriens à Bulotwa, il parle de la manière dont les déplacés sont gérés :

«Ici chez nous, quand nous accueillons les personnes déplacées, nous les orientons dans les familles d’accueil vu que, dans notre milieu, il n’existe pas des camps des déplacés. Nous sommes un même peuple et quand quelqu’un fuit; la première chose qui lui vient en tête c’est de se rendre chez son frère ou sa sœur»

Cette générosité affichée par la communauté à l’égard les personnes déplacées a un prix à payer, car il faut tout partager avec elles.

«J’ai accueilli plusieurs personnes déplacées en provenance de Kateku et d’ailleurs. Nous tous partagions la même maison. Celle-ci était devenue plus petite pour nous contenir tous. Mes enfants et moi dormions dans ma chambre ; les uns dormaient au salon et ceux qui n’ont pas trouvé de place dans la maison, j’ai loué une chambrette chez le voisin pour qu’ils trouvent où dormir » déclare madame Kavira Jeannette

A MUHINDO Sabuni d’ajouter « nous nous efforçons pour les mettre dans les bonnes conditions car ayant tout laissé dans leur fuite.

Comme nous partageons le logement, nous leur donnons la terre où ils peuvent cultiver afin de répondre aux besoins alimentaires. 

Nous sommes même obligés de faire des sacrifices afin que les frères et sœurs qui ont trouvé refuge chez nous vivent tant soit peu dans les bonnes conditions »

Pour pallier au problème de logement auquel sont confrontées les personnes déplacées dans les familles d’accueil, le HCR en partenariat avec AIDES a facilité l’accès au logement à 1250 ménages dont 350 dans le village de Bulotwa, ceci dans le cadre du projet assistance en abris aux personnes déplacées internes.

Parmi les bénéficiaires de cette assistance figure aussi KALERE Aline

«Lorsque  J’ai quitté mon village, arrivée ici à Bulotwa, une famille m’a accueillie. Dans  celle-ci, il y avait d’autres déplacés et on dormait dans les conditions difficiles car la maison  où l’on vivait était devenue petite.

Je remercie  le HCR et AIDES qui m’ont construit une maison ; je me sens à l’aise. Mes enfants dorment dans les meilleures conditions »

Tout en remerciant le HCR pour cette assistance, Honoré fait un plaidoyer en faveur d’autres familles déplacées qui n’ont pas été touchées.

« J’ai déjà bénéficié de plusieurs assistances, mais celle-ci est la plus importante. J’aimerais qu’AIDES continue d’assister les nécessiteux. Nous demandons au HCR de construire également pour ceux-là qui n’ont pas été assistés. »

Selon les statistiques fournies au mois de février 2021 par le département en charge des mouvements de populations à Bulotwa,ce village a accueilli 555 ménages déplacés qui ont fui leurs villages suite aux guerres à répétition qui opposent d’un côté les acteurs armés non étatiques entre eux et ces derniers contre les forces loyalistes.

Gaston K. Mungumwa/Communication AIDES
Partager:

Activités